Regard sur… VisezEau® : privilégier la consommation d’eau potable non embouteillée

Source: Infolettre de la recherche clinique au CHU de Québec-Université Laval

Le programme VisezEau® est issu de la collaboration d’une équipe multidisciplinaire d’experts et vise à contribuer aux environnements favorables à la santé et à la protection de l’environnement. Cet important projet de recherche interventionnel compte quatorze chercheurs de cinq universités (Laval, Montréal, Polytechnique, Waterloo et Harvard) qui se sont regroupés pour mettre sur pied une intervention dans trois commissions scolaires du Québec. Six de ces chercheurs font d’ailleurs partie du CRCHU : Dr. Michel Lucas (chercheur principal désigné), Dr. Richard Bélanger, Dre. Sylvie Dodin, Dr. Slim Haddad, et Dr. Patrick Levallois, tous de l’axe SPPOS, ainsi que Dr. Stéphane Bolduc, de l’axe Médecine régénératrice.

Le programme VisezEau® a pour but principal de normaliser la consommation d’eau potable non embouteillée comme seul breuvage nécessaire à l’hydratation, c’est-à-dire de faire en sorte qu’elle constitue le choix par défaut, qu’elle soit plus accessible et mieux publicisée. Le programme vise également à dénormaliser la consommation de boissons contenant du sucre (par exemple, les jus de fruits et les boissons sucrées telles que les boissons gazeuses) et l’eau embouteillée. Ces stratégies favorables à la santé humaine et environnementale permettent d’assurer une valorisation et une utilisation optimale de l’eau potable non embouteillée.

L’intervention VisezEau® consiste en une approche scolaire et à domicile visant à améliorer l’accès et l’éducation relative à l’eau. L’objectif principal de cette intervention est de tester l’efficacité de VisezEau® , une intervention multi-niveaux (école et maison) ayant pour objectif de prévenir le surpoids chez les jeunes du primaire du Québec.

Bien que des mesures de poids (via la biométrie, InBody 770) soient prises avant, pendant et à la fin de l’intervention, les chercheurs ont porté une attention particulière sur la méthode utilisée pour objectiver le poids, afin que le tout se fasse sans stigmatisation. Ainsi, le seul résultat que les chercheurs fourniront directement aux enfants sera leur pourcentage d’eau corporelle, à l’aide d’un pictogramme affichant l’étendue du pourcentage d’eau dans le corps humain. Il s’agit là d’un moyen jugé à la fois amusant et éducatif pour les enfants.

Lire la suite dans l’Infolettre de la recherche clinique au CHU de Québec-Université Laval
Par |2018-04-19T10:29:09+00:0019 avril 2018|Médias|