Article écrit par Améli Pineda le

Le niveau de plomb dans l’eau de certaines écoles et garderies du Québec serait assez significatif pour avoir des effets sur le quotient intellectuel (QI) des enfants, prévient un récent rapport de l’Institut national de Santé publique du Québec (INSPQ) qui, devant « un portrait parcellaire » de la situation, recommande au gouvernement de mieux documenter la problématique.

Ce constat survient alors que les enfants sont de plus en plus encouragés à boire moins de boissons sucrées et à éviter de boire de l’eau embouteillée.

Intitulé « Présence de plomb dans l’eau des écoles et garderies : importance du risque et pertinence d’une surveillance à chaque point d’utilisation », cet avis souligne que le nombre d’établissements scolaires testés demeure non seulement limité, et déplore également que les méthodes de prélèvements utilisées ne sont pas celles qui donnent de pleines mesures.

De 2013 à 2016, la présence de plomb dans l’eau a été testée dans 308 écoles et 128 garderies selon des données du ministère de l’Environnement. Dans 15 de ces établissements, un dépassement de la norme actuelle de 10 microgrammes par litre a été observé, soit environ 3 % des bâtiments échantillonnés. Les concentrations hors normes se situent entre 12 et 350 microgrammes par litre. Les écoles et leur région ne sont pas identifiées dans les documents.

Cette proportion grimperait à 8,5 %, soit 37 établissements, si on suivait la recommandation de Santé Canada d’abaisser la norme à 5 microgrammes par litres.

« La surveillance de l’eau dans les écoles et les garderies est réglementée, mais demeure limitée et, de ce fait, ne procure qu’un portrait parcellaire de la situation », note le rapport.

La réglementation actuelle n’exige des prélèvements que sur un robinet et non l’ensemble de ceux de l’établissement testé. Qui plus est, celui-ci est recueilli après 5 minutes d’écoulement, ce qui ne permet pas de mesurer les élévations potentielles de concentration lors de la libération du plomb après une stagnation d’eau, souligne le document rédigé notamment par le groupe scientifique sur l’eau de l’INSPQ. « Un prélèvement après 5 minutes d’écoulement sous-estime très certainement le niveau d’exposition au plomb présent dans l’eau potable de ces établissements », soulignent les auteurs, ajoutant que la tester dès le premier jet pourrait entraîner une hausse des taux dans certains établissements.

Scénarios hypothétiques, mais réalistes

En raison de la rareté des données québécoises, l’analyse des risques a dû reposer principalement sur les niveaux de contamination de l’eau observés dans d’autres provinces canadiennes.

Une modélisation a par la suite été effectuée à travers quatre scénarios d’expositions au plomb, des scénarios qualifiés d’« hypothétiques, mais réalistes de l’exposition au plomb des jeunes enfants ».

 C’est inadmissible qu’on encourage les enfants à boire plus d’eau, mais qu’on n’en vérifie pas la qualité

D’après le rapport, les résultats obtenus suggèrent que, dans un nombre restreint d’écoles et de garderies, où l’eau est contaminée par le plomb, une perte de 1 à 3 points de QI pourrait être observée en moyenne chez les nourrissons, et de 2 points de QI en moyenne chez les enfants de 1 à 6 ans. Chez les enfants les plus exposés, elle pourrait même atteindre 7 points de QI pour les nourrissons, et 4 points pour les 1 à 6 ans.

« Quand on regarde ces données-là, on voit que généralement, les niveaux sont faibles, mais dans certaines écoles et garderies, il peut y avoir des concentrations plus élevées qui, compte tenu des limites de notre étude, ne nous permettent pas de conclure à un risque, mais nous permettent de dire qu’il y a un potentiel de risque qui mérite qu’on creuse le problème », explique Patrick Levallois, médecin spécialiste en santé publique qui coordonne le groupe scientifique sur l’eau.

Celui-ci rappelle que bien qu’on ne connaisse pas précisément l’état de la situation dans les écoles et garderies du Québec, le portrait demeure rassurant selon les données actuelles.

« Puisqu’on parle d’établissements qui délivrent de l’eau à des jeunes enfants possiblement vulnérables, c’est pour ça qu’on fait des recommandations de continuer à mieux connaître la situation », dit-il.

C’est justement la raison pour laquelle les recommandations auraient dû être plus fermes selon Michèle Prévost, titulaire de la Chaire industrielle CRSNG en eau potable de Polytechnique Montréal.

« C’est inadmissible qu’on encourage les enfants à boire plus d’eau, mais qu’on n’en vérifie pas la qualité […] Éthiquement ça me pose un problème, les parents veulent savoir si l’eau qu’on donne à leurs enfants est conforme au niveau du plomb », fait-elle valoir.

Selon la spécialiste en eau potable, il n’en coûterait que quelques dollars pour analyser efficacement chaque robinet d’école. « Ça prend 10 minutes mesurer du plomb et ça coûte 8 $. On mesure, on analyse, puis si ça ne marche pas, on va acheter un nouveau robinet ; ce n’est pas plus compliqué que ça », assure-t-elle.

Elle insiste sur l’obligation des autorités gouvernementales de protéger les enfants et de leur offrir une eau de qualité. « De la même façon qu’on n’accepterait pas qu’il y ait des niveaux de moisissures dans une classe mais pas dans l’autre, on ne veut pas accepter que le niveau de plomb dans une des fontaines ou un des robinets soit plus élevé que dans les autres », indique-t-elle.

De son côté, M. Levallois rappelle que l’INSPQ doit justement être vigilant et déclencher des actions lorsque les données demeurent limitées. « Avant de faire le traitement, il faut faire le diagnostic et en ce moment, on ne l’a pas », conclut-il.