Le

Article écrit par Marco Bélair-Cirino, Annabelle Caillou, Mylène Crête

Détection du plomb dans l’eau: le Québec adoptera la méthode de Santé Canada

« [La ministre de la Santé], Danielle McCann, va s’assurer que partout les tests soient faits correctement, comme le recommande Santé Canada », a déclaré le premier ministre, François Legault, à la sortie du Conseil des ministres mercredi. Une annonce qui survient sept mois après la publication des recommandations par l’organisme fédéral.

M. Legault s’est tout de même voulu rassurant, affirmant que « jusqu’à preuve du contraire, oui, c’est sécuritaire [de boire de l’eau], a-t-il dit. Maintenant, on ne veut pas prendre de chances. »

Une enquête du Devoir, des étudiants de l’Institut du journalisme d’enquête de l’Université Concordia et de Global News a révélé mercredi que les méthodes utilisées pour mesurer le plomb dans l’eau potable des Québécois camouflent des concentrations élevées et potentiellement dangereuses pour la santé.

Le Québec est la seule province à exiger des municipalités qu’elles laissent couler l’eau cinq minutes avant de prélever les échantillons pour les tests, une méthode qui sous-estime les résultats. Santé Canada préconise plutôt un échantillonnage après 30 minutes de stagnation pour obtenir le niveau moyen d’exposition au plomb.

 La question, c’est pourquoi, depuis plus de 10 ans, les gouvernements ont ignoré les recommandations de Santé Canada, les uns après les autres

Mais pourquoi le Québec prend-il autant de temps à adopter la méthode de Santé Canada ? « Moi aussi, je me suis posé la même question ce matin, a reconnu M. Legault. »

Un an pour tester les écoles

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a pour sa part donné une année aux directions d’écoles pour tester la qualité de l’eau et, au besoin, « corriger la situation », tout en reconnaissant qu’il s’agit d’un échéancier « optimiste et ambitieux ».

Le réseau scolaire devra lui aussi suivre les recommandations de Santé Canada. « Évidemment, on n’attendra pas que l’eau coule pendant trois, quatre, cinq, dix minutes avant de tester l’eau. On va tester l’eau dès la première goutte pour être un peu en situation réelle, lorsque les jeunes arrivent le matin », a-t-il dit, précisant avoir discuté des « meilleures façons » de s’y prendre avec des experts du projet de recherche VisezEau.